Agence Blew | L’après Covid : Tous en télétravail ?
1229
post-template-default,single,single-post,postid-1229,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.6,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive,elementor-default

L’après Covid : Tous en télétravail ?

Durant le confinement, une large majorité d’entreprises a mis en place, dans l’urgence, le télétravail pour les postes qui le permettaient.

Nous l’avons vu dans notre précédent article, le bilan est partagé… Mais une chose est sûre : les collaborateurs n’envisagent plus un retour en présentiel à temps plein comme avant la crise. Selon une étude Ifop pour BNP Paribas* 62% des personnes interrogées souhaiteraient pouvoir télétravailler au moins en partie (et 30% rester en temps plein chez soi). Pour autant, les salariés reconnaissent qu’ils craignent une perte de lien avec les collègues et le management.

Plus préoccupant, on assiste à une baisse significative de la motivation (perte de 16 points) et de l’engagement (perte de 11 points) des collaborateurs qui se situent aujourd’hui respectivement à seulement 50% et 56% en France selon la dernière étude Worklife d’ITWP**.

Une redéfinition indispensable de l’organisation du travail

Les entreprises vont donc devoir redéfinir leur organisation du travail, afin d’un côté d’entendre les nouvelles envies qui s’expriment, et de l’autre, renforcer le lien et le niveau d’engagement des équipes.

Il n’y a pas de réponse unique, car cette nouvelle organisation dépendra de la vision du top management, du métier, du mode de fonctionnement et des collaborateurs eux-mêmes. 

Pour autant, on peut lister les types de missions pour lesquelles le télétravail d’un côté et le bureau de l’autre semblent plus adéquats.

Le recours au télétravail, quand le cadre de vie et d’équipement du collaborateur le permet, est-il pertinent ?

  • Avancer sereinement sur des sujets nécessitant peu d’interactions. Moins soumis aux sollicitations des collègues, aux réunions qui ont tendance à se multiplier et à manquer d’efficacité, chacun peut organiser et optimiser son temps, et se concentrer sur l’analyse d’un dossier ou la préparation de présentation par exemple.  
  • Les échanges en réunion video avec des collègues ou clients sur d’autres sites géographiques. 
  • Certaines réunions, récurrentes ou non, sont tout aussi efficaces à distance. On pense notamment aux réunions de partage d’informations, de présentations de résultats ou encore sur l’organisation par exemple. 

Plus globalement, intégrer une partie de télétravail permet de diminuer les temps de trajet et le stress qui y est lié, de laisser plus de souplesse et d’autonomie aux équipes, sans pour autant diminuer leur efficacité ou leur implication.

En effet, laisser cette liberté témoigne de la confiance du management et permet de passer d’une culture de « contrôle » à celle, plus responsabilisante et créatrice de valeur, du résultat.

6 grandes raisons pour lesquelles le Bureau n’est pas mort !

  • Offrir un cadre propice au travail et à la concentration : pour rappel, entre 35 et 45% des salariés interrogés selon les études déclarent avoir été moins efficaces en télétravail qu’au bureau. On peut le rapprocher en partie au contexte du confinement. Mais tous les salariés, loin s’en faut, ne disposent pas d’un endroit pour s’isoler et/ou de mobilier et d’outils technologiques adaptés. 
  • Entretenir un lien fort avec son management, ses collègues et ses équipes. Au-delà de l’envie que chacun peut ressentir de retrouver ses collègues après 2 mois de confinement, on sent bien que le facteur humain est le ciment de l’entreprise. On trouve dans les autres un lien, une énergie et une motivation plus difficiles à mobiliser lorsqu’on est isolé. Ainsi, 43% regrettent « l’émulation collective d’un espace de travail dynamique » selon une étude Deskeo**. 
  • Réussir l’intégration et la formation des nouvelles recrues. 
  • Avancer sur des projets d’équipe : même si de nombreux outils technologiques type Trello, Slack, etc… alliés à des réunions vidéo permettent une gestion « agile » des projets, la proximité avec ses collègues facilite nettement l’avancement des projets. C’est particulièrement vrai en phase de kick-off et sur les sujets créatifs ….  
  • Construire ensemble le futur : le créativité et la réactivité sont clés pour construire l’avenir des organisations. Or, si la vision doit être portée par le Top Management, c’est aujourd’hui l’intelligence collective et l’expérimentation « test & learn » qui sont les moteurs de l’agilité, de l’innovation et de la transformation. Et certaines phases de créativité, d’échanges et de test sont nettement plus riches dans un cadre adapté et en équipe. 
  • Enfin, et surtout sans doute, le bureau reste la « maison » de l’entreprise et incarne son ADN, sa vision, ses valeurs. Il contribue fortement au sentiment d’appartenance et rentre dans les critères de choix d’une entreprise pour un nombre croissant de salariés, en particulier parmi les jeunes générations. Il permet la mise en place de rituels et renforce l’engagement des collaborateurs.

C’est avec ses collaborateurs que chaque organisation devra trouver cet équilibre entre travail en présentiel et travail à distance – soit en télétravail soit dans les tiers-lieux (espaces de coworkings, halls et salles dans les hôtels,…).

Mais quelles conséquences ce changement d’organisation aura-t-il sur l’aménagement des locaux ? Et surtout, comment redonner l’envie aux collaborateurs de venir au bureau ?

C’est ce qui fera l’objet du dernier volet de cet article, à paraître.

*étude Ifop pour BNP Paribas réalisée auprès de 1500 personnes représentatives de la population française les 28 & 29 avril 2020

**étude internationale Worklife, d’ITWP, menée auprès d’environ 5000 répondants issus de 7 pays et de 3 continents (France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie, Etats-Unis et Australie), en avril 2020 et comparaison vague septembre 2019.

***enquête on-line Deskeo réalisée auprès de 2 915 professionnels répartis sur l’ensemble du territoire français, du 2 au 8 avril 2020