Agence Blew | Bonheur, bien-être, plaisir ou tout simplement être-bien ? Quels enjeux pour la conception des environnements de travail ?
Bonheur, bien-être, plaisir ou tout simplement être-bien ? Que recouvre ces notions dans l'univers professionnel ? Quels enjeux pour la conception des nouveaux environnements de travail ? Quelles questions se poser pour créer des espaces de travail source de bien-être, d'engagement, de créativité et de performance ?
bonheur, bien-etre, QVT, bureaux, workspacedesign, innovation, futureofwork, engagement, collaborateur experience, transformation, codesign,
1163
post-template-default,single,single-post,postid-1163,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.6,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive,elementor-default

Bonheur, bien-être, plaisir ? Quels enjeux pour la conception des environnements de travail ?

Bonheur, bien-être, plaisir ? Quels enjeux pour la conception des environnements de travail ?

Depuis quelques mois, il est impossible de lire des articles sur les nouvelles formes de travail, sur les nouveaux espaces ou sur les nouvelles organisations du travail sans voir fleurir des promesses de bonheur au travail, de bien-être ou encore de plaisir avec en ligne de mire plus d’engagement, de productivité et de performance des collaborateurs.

Chief Happiness Officer, Baromètre du Bonheur au travail, Baromètre du Bien-être au travail, secrets du Bonheur au travail, Newsletters dédiées au bonheur au travail, espace bien être, espace détente, baby-foots,ou services facilitant le quotidien tels que garderies ou conciergeries…

– Que recouvrent ces notions bonheur, plaisir ou bien être dans notre univers professionnel quand on parle des nouveaux environnements et des nouvelles formes de travail ?

Si je me réfère simplement à la définition du Larousse, le bonheur est un état de complète satisfaction, le plaisir un état de contentement plus éphémère, créé par la satisfaction d’un besoin ou d’un désir et le bien-être, un état agréable, plus holistique résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit. Dans le cadre professionnel le bien-être résulte donc d’un équilibre entre de multiples sollicitations positives comme négatives que nous rencontrons tous les jours.

Julia de Funès, docteur en philosophie, parle dans une interview sur BFM Business de « bullshit bonheuriste » et d’un mode de management dans nos entreprises françaises qui est passé d’un excès de paternalisme à un excès de maternalisme et qui peut être infantilisant et déresponsabilisant. Que les dirigeants cherchent à apporter plus de confort et de bien être dans les entreprises, c’est bien mais cela ne doit pas se traduire par une injonction au bonheur et surtout ne pas occulter les bases que sont le sens du travail, la confiance et l’autonomie. 

Le cocktail vertueux au delà de la quête de sens et d’autonomie serait donc composé d’une part d’actions visant à réduire les facteurs de stress et d’autre part d’actions visant à  augmenter les facteurs améliorant le plaisir et le bien-être. Ces actions pouvant porter sur l’organisation, l’espace de travail, les modes de travail et de management  ou encore les outils mis à dispositions des équipes.

  • Quels enjeux pour la conception des environnements de travail ? 

Quelles actions engager en tant que chef d’entreprise, DRH, Chief Happiness Officer ou autre manager dans l’entreprise désireux d’améliorer le bien-être, la performance et l’engagement de ses collaborateurs ?

Pour réduire les facteurs de stress et augmenter les sollicitations positives en matière d’environnement de travail, une des clés est d’avancer de façon pragmatique en impliquant au maximum les collaborateurs dans la transformation ou dans la création d’un nouvel environnement de travail. 

Permettre à des volontaires de s’impliquer dès la phase amont de conception de l’environnement va permettre d’identifier ce qu’il faut garder, ce qu’il faut améliorer, les craintes, les freins et leur permettre de se projeter dans un futur idéal correspondant à la culture de leur entreprise et surtout à leurs modes de fonctionnement. Partir des usages avec les premiers concernés est une des clés du succès.

Cette première phase d’empathie va servir de base à une seconde étape de co-construction de l’environnement idéal, appuyé par des experts en intelligence collective, architecture, ergonomie pour imaginer plusieurs scénarii d’aménagement des espaces.

La conception et la réalisation de l’environnement de travail cible sera bien sûr le résultat du savoir faire d’experts croisé avec l’intelligence et la connaissance du collectif mobilisé dès l’amont du projet.

Enfin, une étape clé à ne pas oublier, la livraison mais surtout son corollaire, l’installation et la vie des équipes dans ce nouvel environnement. Les projets visant à créer des environnements facilitant l’engagement, la collaboration et le bien être des collaborateurs doivent au delà de la participation intégrer une réflexion sur les règles de vie dans ce nouveau lieu et une logique de test and learn permettant d’ajuster la solution mise en place au regard des retours des premiers concernés, les occupants de l’espace. A ne pas oublier, le rôle joué par les managers de proximité qui selon l’organisation choisie vont devoir adapter leur mode de management, imaginer de nouveaux rythmes et rites pour fédérer, faciliter la collaboration et le sentiment d’appartenance à une équipe.

  • Bonheur, plaisir, bien-être, quelle pourrait-être la promesse faite par les acteurs qui interviennent sur le futur du travail et la création de ces nouveaux environnements ?

Il est loin le temps des experts sachant mieux que vous ce qui est bien pour vous et cela s’applique aussi à ces nouveaux environnements de travail. L’expérience et le savoir faire d’architectes, de designers, d’ergonomes est bien sûr une des clés de la conception d’environnements performants source de bien-être pour les occupants de ces espaces. 

Si l’on veut faire une promesse qui couvre des notions d’engagement de performance et de bien-être, il faut notamment répondre à 3 questions clés :

1- Pourquoi ? Qu’est ce qui motive cette transformation de l’environnement de travail , quel est le sens ? plus de collaboration, d’innovation, de croissance, des économies, un enjeu de marque employeur, une ambition en matière de qualité de vie au travail, souvent un mix de ces différents éléments… Qu’est-ce qui donnera envie à chacun de s’engager dans ce projet ?

2- Comment ? Quelle démarche pour concevoir ce nouvel environnement ? Centralisée, participative, agile ? Une opportunité pour lever les craintes et mobiliser les acteurs ? Une démarche source de transformation et d’engagement ? 

3- Quoi ? Quelle promesse, pour quel environnement ? Un lieu ouvert, un lieu de rencontre, un lieu de collaboration, un espace accélérateur de projets, un lieu d’innovation créateur de valeur, un lieu fédérateur pour les équipes, un lieu pour réunir un écosystème élargi…?  Au moment où les collaborateurs sont de plus en plus nomades, le lieu qui les rassemble a un rôle crucial à jouer pour garder le lien, faciliter la collaboration, incarner la marque, les valeurs et accroître l’efficacité.

  • Et si tout simplement l’ambition était d’être bien dans son environnement de travail ? 

Les actions visant à réduire les facteurs de stress et les actions destinées à  augmenter les facteurs améliorant le plaisir et le bien-être ont certainement leur place dans le futur du travail et elle peuvent simplement concourir à faire que chacun se sente bien dans son travail. 

#futureofwork #workspace #codesign #innovation #bienetre #etrebien #bonheur

Article écrit par Laurence Gaillard, Co-Fondatrice BLeW.